La Corse à une heure de vol ...

Air Glaciers est une compagnie d'aviation hors du commun née en 1965 de la volonté d'un homme, Bruno Bagnoud, de sauver des vies même dans des conditions des plus ardues.
Aujourd'hui, il n'est plus besoin de présenter cette compagnie. Ses hélicoptères volent partout en Suisse, effectuant des sauvetages bien sûr mais aussi des reconnaissances, des reportages photos, des vaccinations animales, ....

Mais Air Glaciers signifie aussi AVIATION. Dans ce blog, nous nous efforcerons de vous présenter les milles et une possibilités que vous offre la célèbre compagnie avec ses appareils.

Se rendre à Calvi en une heure de vol, cela vous tente ? Venez découvrir nos offres et nos possibilités.

mardi 9 avril 2013

Ambulancier, un métier indispensable dans la chaîne de secours

Comme chaque mois, nous mettons en avant l'un des métiers qui nous font vivre. Aujourd'hui, nous vous présentons le métier ô combien indispensable d'ambulancier en la personne de David Neel. Un grand merci à lui et à tous ceux qui, comme lui, donne de leur personne pour sauver des vies.


1. Depuis combien de temps travaillez-vous chez Air-Glaciers ?
La société Air-Glaciers possède le service d’ambulances du district de Sierre. J’ai rejoint ce service il y a un peu moins de cinq ans.

2. Quelle est votre formation d’origine ?
J’ai effectué un apprentissage de dessinateur en génie-civil. Puis, j’ai commencé ma carrière dans le domaine des secours en Californie avec l’obtention du certificat d’ambulancier de niveau de base (EMT-B) et le brevet de patrouilleur américain. A mon retour en Suisse, je me suis vu attribuer par système d’équivalence le titre de « Technicien Ambulancier ». Cette équivalence m’a permis de compléter mon cursus avec deux années supplémentaires de formation qui ont débouché sur le Diplôme d’ambulancier, obtenu en 2005.

3. Quel a été votre parcours professionnel dans l’entreprise ?
J’ai fais une première apparition dans le service d’ambulances d’Air-Glaciers en 2000. A l’époque, j’étais employé comme Technicien Ambulancier auxiliaire pour la saison d’hiver 2000/2001. Au terme de cette saison d’hiver, j’ai poursuivi mon activité chez Air-Glaciers en tant qu’assistant de vol auxiliaire pendant la saison d’été 2001 avant de reprendre une position fixe cette fois dans le service d’ambulances. En 2002, j’ai fais une pause « Air-Glaciers » de six ans pour acquérir le Diplôme d’ambulancier. J’ai accompli la formation d’ambulancier Diplômé sur la Riviera vaudoise avant de réintégrer l’équipe du service d’ambulances Air-Glaciers de Sierre en septembre 2008.

4. Décrivez votre métier
Le métier d’ambulancier s’acquiert par une formation de niveau ES qui dure trois ans. Ces trois ans permettent d’alterner cours théoriques et pratiques, stages pré hospitaliers et stages hospitaliers, notamment dans les services des urgences, d’anesthésie, de psychiatrie, de pédiatrie et en salle d’accouchement.

Le rôle de l’ambulancier consiste à accomplir une première approche de patient pour identifier au plus vite les menaces vitales et ainsi accomplir les gestes salvateurs de base, le cas échéant. Dans l’intervalle, l’ambulancier doit engager les moyens de renforts adéquats (médecins, hélicoptère, désincarcération, police, etc.) de telle manière à perdre le moins de temps possible pour la suite de la prise en charge du patient. L’ambulancier entreprend ensuite les gestes de soins nécessaires sur site ou en route vers l’hôpital, comme l’administration d’oxygène, la pose de voies veineuses et l’injection de médicaments dans le cadre des délégations thérapeutiques en vigueur. En outre, il procède au relevage du patient en immobilisant les blessures potentielles en assurant la sécurité et le confort du blessé ou du malade. L’ambulancier transporte ensuite le patient dans l’établissement hospitalier le plus proche et le plus à même de soigner la nature du problème de celui-ci.
Entre les interventions, l’activité journalière est rythmée principalement par l’entretien et le contrôle du matériel, l’encadrement des étudiants ambulanciers, le développement des structures et procédures (Démarche Qualité) ainsi que par la formation continue personnelle.

5. Quels sont les avantages de ce métier ?
Les journées se suivent mais ne se ressemblent pas. La diversité des interventions implique une concentration permanente. Cela demande des facultés d’adaptation, d’improvisation ainsi que de précision qui empêchent la monotonie de s’installer. De plus, en fin de service, il reste régulièrement une impression d’avoir servit à quelque chose.

6. Quels sont les désavantages ?
La souffrance des gens peut user les esprits voir ronger le moral. Bien que l’activité journalière hors interventions soit conséquente, l’attente de l’engagement d’urgence peut être difficile à vivre. Les horaires de nuit entament la santé irrémédiablement et sournoisement. Les horaires de week-end et jours fériés perturbent la vie familiale et sociale. Les interventions peuvent être risquées voir dangereuses.

7. Qu’aimez-vous tout particulièrement dans ce métier ?
Hormis la possibilité d’effectuer des gestes techniques rapides, précis et salvateurs, il est vrai que le côté humain est particulièrement enrichissant. Nous sommes les témoins de la vulnérabilité humaine. Les gens nous laissent entrer dans leur sphère privée percée par une crise non prévue et de nature inconnue. Le réconfort moral et l’apaisement des souffrances physiques que nous sommes parfois capable d’apporter pendant notre intervention sont particulièrement satisfaisants. Le contraire est aussi possible et la réalité de notre impuissance nous fait garder les pieds sur terre.

8. Que pensez-vous du rôle de la société Air-Glaciers ?
Air-Glaciers est incontournable dans plusieurs domaines d’activités héliportés. Ses couleurs font parties du ciel bleu valaisan. La diversité des compétences acquises par le personnel tout au long de son histoire est une richesse qui je l’espère permettra d’assurer la pérennité d’Air-Glaciers. Pour ma part, je suis très fier de porter l’uniforme d’Air-Glaciers / La Maison FXB du Sauvetage pour l’image mais surtout l’histoire qu’il représente.

9. Qu’aimeriez-vous dire aux gens qui vont lire votre portrait et découvrir cette partie d’Air-Glaciers ?
La société Air-Glaciers, par son secteur sauvetage, est un élément incontournable des secours valaisans. Son activité paraît être considérée comme acquise et suffisante par la population valaisanne et ses politiques.
Or, le maintien de ce service à la population coûte cher, reste fragile et repose beaucoup sur la motivation des secouristes. Nos locaux sont parfois inadaptés, notre parc de véhicules et de matériel est un peu vieillissant, notre effectif pas toujours adapté à la demande et aux besoins potentiels. Je souhaiterais donc que notre activité soit considérée comme de la sécurité publique à part entière et, au même titre que les services de police, des pompiers et de la protection civile, voir les moyens alloués par le canton à notre secteur identiques aux services cités plus haut.

2 commentaires:

  1. Bonjour, moi j ai 14 ans et je voudrais faire un stage chez air glacier mais je ne sais pas si on peut en faire

    RépondreSupprimer